Village pilote : un engagement à Dakar pour sortir les enfants de la rue

L’association Village Pilote œuvre à Dakar pour aider les enfants des rues, les reloger et les accompagner.

Les transformations sociales qu’ont connu nos sociétés ont amené à repenser la place de l’enfant au sein des familles, des institutions et du droit international. Mise en place par les Nations-Unies en 1989, la convention des droits de l’enfant a contribué à leur donner une voix. Cependant, il reste encore des inégalités entre les pays. Alors, des associations se développent afin de leur donner la possibilité d’être acteurs de leur vie.

Une association pour les enfants

Au Sénégal, Village Pilote, agit depuis plus de 20 ans pour sortir les enfants de la rue et leur donner une chance pour se reconstruire. Le but de l’association est d’apporter à ces enfants en situation de mendicité, exploités et/ou en mauvaise santé un lieu d’accueil et de vie d’urgence. Elle compte aujourd’hui 50 animateurs socio-culturels, une centaine de bénévoles et suit plus de 2 200 jeunes chaque année.

Village Pilote, c’est d’abord deux camps situés en banlieue de la capitale où les enfants peuvent retrouver leur droit et leur dignité. Là-bas, ils ont accès à l’éducation, aux soins, à une aide pour retourner dans leur famille. Tout ça renvoie à la même logique : les intégrer dans la société.

Les bénévoles, en sillonnant les rues de Dakar, cherchent à sensibiliser les enfants à leurs conditions mais aussi à sensibiliser leurs familles. Beaucoup d’enfants, issu·e·s de familles pauvres, sont envoyé·e·s dans des écoles coraniques. Le problème est que certains maîtres exploitent ces enfants et les envoient mendier dans la rue. S’iels ne mendient pas assez, iels se font battre. Iels vivent dans des conditions d’hygiène déplorable et en malnutrition. Loin de leurs familles, ces enfants fuguent afin de fuir cette condition et se retrouvent alors à la rue.

Village Pilote, c’est aussi un lieu d’échange, d’écoute, où l’ensemble des membres créent une communauté articulée autour de la solidarité, la compréhension et l’échange dans une veine d’intégration.

Une lutte à travers les frontières

L’association compte trois antennes en France et une en Suisse. Ces antennes ont pour but de sensibiliser les gens autour de la précarité et des inégalités et de véhiculer des valeurs comme l’entraide ou la tolérance.

Elles apportent un soutien utile puisqu’elles permettent de porter le message solidaire, de recruter des bénévoles ou bien d’apporter une aide matérielle et financière. Elles sont d’ailleurs en plein développement. À l’initiative d’un groupe d’étudiant·e·s mobilisé·e·s à Montpellier, une antenne y sera créée prochainement.

Par ailleurs, la caravane solidaire qui regroupe des membres de l’association sillonne la France jusqu’au 15 avril. Son but : présenter leurs engagements et discuter des problématiques des enfants en rupture, de l’engagement solidaire et des métiers de l’humanitaire. En effet, l’importance de solliciter la population est multi-dimensionnelle : elle s’inscrit dans une veine générale de recherche de l’égalité, de l’ouverture d’esprit et de l’amour d’autrui.

2 réflexions sur “Village pilote : un engagement à Dakar pour sortir les enfants de la rue

  1. Village Pilote et son président Toubab Loïc Tréguy ont tout compris au sujet des Enfants des Rues au Sénégal !
    Au contraire, de toutes les Associations d’aides au Enfants Talibés Esclaves Mendiants qui font le jeu des marabouts esclavagistes de ces enfants dans leurs daaras (écoles coraniques que de nom) au Sénégal …
    Car ces Associations humanitaires qui nourrissent, soignent et distribuent des vêtements aux Talibés (élèves coraniques que de nom), n’arrivent pas à comprennent que malgré leurs aides, les enfants Talibés continuent à mendier dans les rues et sont battus si ils ne ramènent pas leurs quotas quotidiens d’argent à leurs marabouts (maîtres coraniques que de nom) pour s’enrichir cupidement et honteusement sur le dos de leurs élèves Talibés par la mendicité forcée qui est devenu un business esclavagiste d’enfants au Sénégal, dans des maltraitances et des abus faits à ces enfants Talibés, indignes d’un pays qui se croit civilisé…
    Enfants Esclaves dans la mendicité forcée dans les rues pour ramener de l’argent à leur marabout… Enfants sous-alimentés, sans hygiène et sans soins (plaies, teigne, gâle, etc…) dans leurs daaras où ils sont traités pires que des animaux… Enfants analphabètes par le refus des marabouts qu’ils apprennent rien d’autre chose que le Coran… Enfants , battus, frappés, fouettés quotidiennement si ils ne ramènent pas de l’argent à leur marabout en mendiant ou encore si ils se trompent en récitant des versets du Coran en arabe qu’ils ne comprennent même pas, appris dans la terreur… Humiliés, enchainés ou ligotés nus pendant des jours selon la volonté de la durée de punition des marabouts… Plus, des cas de viols dans des daaras, par des marabouts sodomites ou les plus grands Talibés sur les plus petits Talibés… Certains marabouts vont jusqu’à prostituer les plus grands Talibés de 12-14 ans à des réseaux pédophiles adultes pour faire encore plus d’argent que dans la mendicité des plus petits de 4 à 12 ans… Des Talibés meurent écrasés dans la circulation en mendiant ou sont enlevés et assassinés par des fous et par des pervers en mendiant dans l’insécurité des rues où ce n’est pas la place d’un enfant livré à lui-même pour mendier… Les meurtres des enfants Talibés dans les daaras ne sont pas rares non-plus : Soit ils meurent sous les coups de fouets ou les tabassages violents de marabouts sadiques ou encore ils périssent calcinés dans les incendies de leurs daaras car ils sont enchainés et incapables de fuir les flammes, etc… Dans une totale impunité pour leurs marabouts esclavagistes d’enfants et dans une totale indifférence de l’Etat Sénégalais, de sa police, de sa justice et la majeure partie du peuple Sénégalais… Le Sénégal avec ses 200.000 enfants Talibés Esclaves commet un CRIME CONTRE L’HUMANITE dans l’indifférence totale à toutes les règles Internationales de la Civilisation, de l’Humanité, des Droits de l’Homme et de la Protection des Enfants…
    Le Sénégal est un pays Esclavagiste d’Enfants au XXI) siècle => C’est un pays de Merde, un pays de la HONTE !

    C’est pourquoi, le Village Pilote vient en aide aux “Enfants de Rues” qui sont des “Enfants Talibés en Fuite” de leurs marabouts exploiteurs et de leurs daaras maltraitantes, pour les sortir de la rue et la délinquance où ils glissent rapidement en bandes pour survivre dans la rue … Sauvés et protégés dans les centres-Villages, où ils sont hébergés et nourris, soignés, écoutés et resocialisés, instruits à l’école ou à apprendre un métier, avec une volonté de l’équipe des animateurs de retrouver et les réintégrer dans leurs familles avec un suivi continu du Centre de leurs avenirs, pour finalité… Sans plus jamais être obliger de mendier et être battus par un marabout…
    Voilà l’exemple à suivre par toutes les Associations hypocrites qui font le jeu des marabouts au Sénégal : Comme Loîc Tréguy, “Juste parmi les Justes” et son Village Pilote qui sauvent les Enfants Talibés de la mendicité forcée dans les rues et les sortent des griffes des “Escrocs Sataniques Maraboutiques” Sénégalais qui ont dévoyé jusqu’aux valeurs de l’Islam qui interdit pourtant la mendicité des enfants dans Saint Coran pour s’enrichir sur le dos d’enfants parce qu’ils sont noirs, pauvres, faibles et ignorants pour les amener à aucun avenir… HONTE AUX MARABOUTS ESCLAVAGISTES AU SENEGAL !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.