Monde : extrême droite et inégalités progressent

Le nombre de régimes qui se durcissent politiquement est en constante augmentation ces derniers temps. L’extrême droite gagne du terrain à travers le monde, à tel point qu’il est difficile – lorsqu’on voit les attitudes de Donald Trump, ou de Jair Bolsonaro – de ne pas regarder 70 ans en arrière.

Et pourtant, l’ancien militaire brésilien aurait bien pu être élu dès le premier tour où il a récolté 46% des voix. Nostalgique de la dictature militaire, qui n’a pas assez torturé et tué selon lui, il a multiplié les sorties sexistes et homophobes.

Il a surfé sur le manque de crédit accordé à la classe politicienne. Les scandales de corruption se sont répétés ces derniers mois touchant pratiquement tous les partis.

L’Amérique du Sud en péril

Il semble manifestement dangereux, et réclame une police militaire qui “tire pour tuer”. Entre sauver les écosystèmes que nous détruisons et abattre trois dealeurs de méthanphétamine, Bolsonaro a fait son choix.

Pourtant il représente aujourd’hui l’un des pays les plus riches de l’Amérique du Sud. Il souhaite exploiter la forêt Amazonienne, l’un des poumons de la terre et ouvrir donc de multiples chantiers industriels. Ceci a d’alarmant que comme Trump, il ne croit pas au réchauffement climatique et cela se voit…

Climatoscepticisme assumé

Les droits des peuples indigènes seront manifestement revus à la baisse. Leur territoire sera ouvert à divers projets industriels : routes, forage et déforestation pour n’en citer que trois.

En terme d’énormités débitées, Donald Trump en était parvenu à déclarer que le réchauffement climatique planétaire était une invention des Chinois destinée à déstabiliser l’économie américaine. Il reste donc premier dans ce classement.

En Europe, rien de mieux

Orban en Hongrie, et Salvini en Italie. Marine Le Pen leur fait des yeux doux pendant qu’ils durcissent leurs positions au fur et à mesure que leur mandat avance. Salvini milite pour un “couvre feu ethnique” pour les supérettes vendant des produits d’origine étrangère. Celles-ci seraient contrainte de fermer à 21h.

Toujours de notre côté de l’Atlantique, Macron a félicité son nouvel homologue en l’appelant à respecter la démocratie. Celui qui prétendait faire fermement barrage à l’extrême droite lors de l’entre-tour applaudit son élection de l’autre côté de l’océan ? Voici une démarche que l’on pourrait quelque peu qualifier d’incohérente. L’Histoire avance, pas le progrès.

Le progrès sera technologique ou ne sera pas

La technologie ne cesse d’avancer, mais elle ne sert pas au plus grand nombre. Les ressources sont toujours aussi mal réparties. En revanche, les patrons de boîte de sécurité peuvent désormais géolocaliser leurs employés afin de vérifier qu’ils optimisent au maximum leur temps de travail. Nous utilisons le progrès technologique sans aucune limite, et sans nous soucier des conséquences qu’auront nos actions un jour. Le plus étonnant reste que certaines personnes qui subiront ces conséquences de plein fouet refusent de descendre des bulldozers. Pire, ils persistent à mettre ces bulldozers dans des palais présidentiels partout dans le globe.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *