Dyptique : un portrait de Christophe Ballois

Le 20 mars prochain à l’IFPEK aura lieu une nouvelle rencontre du handicap. L’invité d’honneur est Christophe Ballois, récit d’un homme hors du commun.

Dans 5 jours, Christophe Ballois est l’invité d’une rencontre du handicap rennaise. J’en discute avec Geoffray qui me fait un rapide portrait de cet homme et de ces exploits. Très vite nous vient l’idée d’en connaître plus à propos de ce personnage charismatique.

Nous le contactons quelques jours plus tard. C’est une voix assurée, claire et avenante qui nous répond. De quoi mettre tout de suite à l’aise et de briser les quelques appréhensions qui pouvaient exister.
Christophe est ouvert et nous permet, sans hésiter, de faire son portrait.

Notre première impression est la bonne : c’est un homme rigoureux et appliqué qui a su monter les échelons un à un. Diplômé d’une école de vente automobile, il devient conseiller commercial. Puis il mêle sa passion à son métier et devient conseiller technique dans une boutique d’équipements sportifs. Sérieux, il devient responsable commercial et développement dans le domaine du sport nautique (windsurf et kitesurf).

En parallèle il se lance dans la compétition de windsurf. Alors qu’il est à Essaouira pour s’entraîner, il assiste à la 1ère coupe du monde de kitesurf. Frantz Olry (compétiteur) et Bruno Legagnoux lui permettent d’essayer cet autre « nouveau » sport. « Une belle opportunité que j’ai saisie et qui m’a donné le virus. »
Depuis Christophe, ou Chris comme tout le monde l’appelle, excelle dans ce domaine. C’est ainsi que le 21 juillet dernier il devient non seulement recordman du monde de vitesse en kitesurf ; mais aussi le premier Athlète Handi à battre un record valide tous sports confondus.

Nous ne vous l’avions pas encore précisé ? Chris est né sans avant-bras gauche. Cet handicap, il en a fait sa force. « Mon handicap fait partie de mon identité depuis ma naissance, c’est avec cette différence que je me suis construit » nous confie-t-il. Même si parfois elle peut s’avérer être un frein. Dans un monde conçut pour être utilisé à deux mains, « il faut s’adapter sans cesse et trouver des astuces ».

Aujourd’hui il considère la pratique du kitesurf comme un métier. Mais ses occupations ne s’arrêtent pas là. Il gère également la communication liée à sa pratique ; en plus d’intervenir auprès d’entreprise pour échanger autour de la performance, de la différence, et de l’adaptabilité. Ces conférences sont la principale activité de la société qu’il a fondée : Handiconsulting. Christophe a défini son propre job en mêlant passion et professionnalisme. Sa vie, bien chargée, laisse juste la place qu’il faut à sa famille.

Le moteur de tant d’action est la passion : « J’aime tout ce que je fais ». C’est un homme accompli qui use de toutes les potentialités de son corps. Cela se manifeste aussi sur le plan artistique et humain grâce à la pluridisciplinarité de sa profession.
Cet « optimisation des facultés » c’est ce que recommande Chris à tous. Mais pour lui se dépasser n’est pas l’essentiel. Les notions d’adaptabilité et de plaisir ont autant d’importance pour l’épanouissement de tout un chacun.

Dans son travail c’est ce qu’il essaie de transmettre. « J’essaye à ma petite échelle de faire comprendre qu’une personne en situation de handicap lorsqu’elle est recrutée au bon poste est épanouie, performante ». Il va même plus loin en affirmant que cette dernière peut devenir « une réelle plus-value à l’entreprise ».
Lorsque nous essayons de comprendre pourquoi un tel dévouement, il nous répond que « l’emploi pour tous semble une vision essentielle pour notre société ». Et nous partageons grandement ce point de vue.

Si Christophe sait se mettre en avant ce n’est pas non plus par narcissisme mais parce qu’il a confiance en lui, qu’il s’accepte entièrement. Il aime partager avec autrui sur ses expériences. Loin de prendre la grosse tête il brise les images que l’on peut se faire de lui. Malgré ses réussites c’est un être accessible. De plus il brise les idées reçues à propos du handicap. Pour lui la mixité passe par une démystification du handicap. C’est l’un des buts de « One moment with Chris », une petite web série qui se présente comme un partage du quotidien du sportif.

Christophe use de son expérience pour aider les autres. Non seulement grâce à des conférences mais aussi en participant à la création de matériels sportifs adaptés. Un point essentiel pour lui c’est qu’il doit pouvoir être aussi utilisable pour les valides. Cependant il reste encore beaucoup à faire en recherche et développement dans le domaine du handicap d’autant plus que ce « développement sert à tous ». Il nous donne quelques exemples supplémentaires : « vibreur sur les téléphones, régulateur de vitesse… ». Une raison de plus pour adhérer au partage et à la mixité que prône ce sportif.

Un article rédigé en collaboration avec SOS handicap 35

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *