Cracovie – Sous la pluie, la sororité déployée

En ce 10 mars, les femmes de Cracovie étaient unies sous la devise « Une pour Toutes, Toutes pour Une » en écho à la Journée internationale de lutte pour les droits des Femmes. La pluie fut encore bravée par Manifa cet après-midi – comme lors des Black Protests de 2016 en Pologne.

Sur les traces du 8 mars

Pendant la deuxième moitié du XXème siècle en Pologne, l’âme de la Journée du 8 mars est oubliée. Réelle institution dans le pays, elle puise ses origines dans la lutte socialiste des années 1900. Różalia Luksemburg est la figure de proue de cette journée en Pologne. Pourtant en 1948, le comité communiste de Lublin se réapproprie cette date. Désormais, l’heure est à la mise en avant de la productivité des femmes sous les jougs du régime stalinien. Puis, la progressive chute du bloc de l’Est et le rapprochement avec l’Ouest redéfinissent les festivités du 8 mars. Cette journée entre dans la période « À nos belles dames » vers 1960. Les femmes ne sont alors plus seulement considérées comme force de travail. Elles deviennent les actrices principales de la vie familiale et s’inscrivent progressivement dans la sphère privée. Ainsi, œillets rouges et paires de collants sont offerts aux dames.

À l’aube de l’an 2000, la lutte pour les droits des femmes foule à nouveau les rues polonaises. Les mouvements appelés Manifa naissent, recouvrant la dimension politique de cette journée. Ils réunissent les engagé·e·s et informent les désintéressé·e·s. Après un long silence, ces manifestations se font relais de la Journée internationale des droits des Femmes à travers toute la Pologne.

Cette année, ce n’est pas moins de 10 villes polonaises qui ont pris part aux mouvements Manifa. Dans la capitale, les femmes s’époumonent. « Nous sommes la Révolution ! ». Cracovie est de la partie.

XV Krakowska Manifa

À Cracovie, Manifa achève ce 10 mars sa quinzième édition. Le comité de manifestations est composé de personnes d’horizons divers, d’organisations et de groupes informels. Chaque année, il tente d’attirer l’attention du public et des autorités sur le problème des discriminations à l’égard des femmes. Le mouvement souhaite rappeler que ce n’est pas seulement le travail de Manifa qui est à l’oeuvre mais que, toutes et tous, nous créons ensemble un monde sans barrière.

Près de 200 personnes se sont retrouvées à 13h sur la parvis du Musée National avant de traverser les rues de Cracovie. La marche s’est terminée sur la place du Rynek Główny. La manifestation fut accueillie, au départ comme à l’arrivée, par les Pro-Life brandissant des images de fœtus morts. De leurs hauts parleurs dégoulinaient une voix monotone attaquant l’avortement, bouc-émissaire du gouvernement conservateur polonais. À cela une seule réponse pour Manifa : l’unité. Toutes et tous dansaient au rythme des percussions de la Samba ROR (Rythms of Resistance), chantaient et scandaient « Mes choix, mes droits ! ».

Dans les rues de Cracovie, on pouvait aussi entendre les slogans « Les droits des femmes sont les droits de tous·tes » ou encore « La solidarité est notre force ! ».

La petite Manifa, pour les enfants

Dans la ruche, la sororité est reine

Cet après-midi, les femmes arborent les couleurs des abeilles et marchent sous la devise « Une pour Toutes, Toutes pour Une » (« Jedna za Wszystkie, Wszystkie za Jedna »).

« “Une pour Toutes, Toutes pour Une” est un manifeste de solidarité, de sororité [NDLT : solidarité spécifique entre les femmes] locale et mondiale. Ces dernières années en Pologne furent marquées par de nombreuses tentatives de solidarité face aux diverses mesures politiques menaçant les droits fondamentaux des femmes. Ainsi, la solidarité est devenue l’une des devises les plus importantes – au même titre que l’égalité et la liberté – ancrées dans notre combat. Nous agissons au-delà des divisions, conscientes qu’ensemble notre lutte est plus forte. Renfonçons nos liens de sororité ! »

Extrait du Manifeste de XV Krakowska Manifa

Pour la Manifa de 2019, de nombreux·ses volontaires de divers pays ont pris part au comité de Cracovie. Ainsi, la sororité était à l’honneur. Dans son manifeste, Manifa souligne que nous sommes toutes différentes à bien des égards. Pour autant, nous avons de nombreuses revendications communes qui valent la peine d’être combattues ensemble. La sororité est à la fois une activité locale quotidienne, un activisme national et une participation à des projets mondiaux. La lutte pour les droits des femmes traverse les frontières. Après tout, les inégalités sont vécues par les peuples du monde entier.

« Nous devenons un mur pour toutes les personnes confrontées à la violence, à l’oppression, à tous ce qui privent les femmes de leur liberté à disposer de leur vie et de leur corps. Nous sommes solidaires – Une pour Toutes, Toutes pour Une. »

Extrait du Manifeste de XV Krakowska Manifa

Ainsi, nos féminismes s’assemblent même si ils restent uniques et singuliers. Avançons main dans la main, sans blesser celle de l’autre.   

« C’est la fin de la journée, mais la Manifa reste dans nos cœurs toute l’année » – Wiktoria, membre de Krakowska Manifa

La nuit tombe sur Cracovie et l’averse se calme. Une énième manifestation pour les droits des femmes s’achève. Mais, les polonaises en sont plus que conscientes, il n’y a pas besoin d’une journée spécifique pour lutter pour les droits des femmes. La sororité n’a plus d’heures.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *