Transmusicales 2018 – Joyeux anniversaire !

TRANSMUSICALES 2018

Les Transmusicales mettent la capitale bretonne en ébullition. Chaque année, le mois de décembre est secoué par une multitude de concerts, d’expositions, et même par une Tournée des Trans qui sillonne la Bretagne afin que tou.te.s les Breton.ne.s puissent en profiter. D’ailleurs, ce sont exclusivement des groupes Rennais qui sont partis tourner dans l’Ouest du 15 au 30 novembre. En revanche, les scènes des Transmusicales seront animées par des artistes des cinq continents. 

Les attentes de la rédac’ :

C’est une année incontournable, les Transmusicales fêtent leurs 40 ans cette année. Une des principales têtes d’affiches – si ce n’est pas la principale – qui ambiancera le parc des expositions de Saint-Jacques de la Lande, sera Disiz La Peste. Il a sorti son album Disizilla en septembre, et on espère que le public se laissera enflammer par son rap aussi allègre qu’énervé, et ses refrains chantants. Disiz ne devrait avoir aucun mal à faire danser le public du parc des expositions, vu l’aisance dont il fait généralement preuve sur scène. Quoi qu’il en soit, nous vous raconterons le premier rang. 
On se languit également de deux groupes pratiquant la musique bretonne. Nâtah Big Band, un orchestre rassemblant plus d’une quinzaine de musiciens et Fleuves. En plus, un trio de musiciens Brestois qui sont devenus une référence dans le monde de la musique bretonne. Ils sont désormais connus du grand public, grâce, entre autres, à des passages aux Vieilles Charrues ou au Festival Interceltique de Lorient. Ils jouent une musique bretonne, adoucie avec quelque rythmes électroniques tandis que Nâtah Big Band parvient à donner un impression d’accoustique tant leur virtuosité est un délice pour les oreilles. Pourtant, ils sont énormément sur scène et leurs instruments ne sont pas discrets.

Notre oeil sur la prog’ :

Nous attendons avec impatience les performances des artistes Rennais qui évolueront à domicile ce week-end. A l’Étage, on aura l’occasion d’aller jeter une oreille au concert de RexRegis. Cet ancien chanteur des Wankin’ Noodles possède une voix suave. Son ton pourrait rappeler Damien Saez. Sauf qu’on est bien loin des textes faussement engagés. RexRegis s’est construit un univers plutôt buccolique, dont les chansons incitent au voyage. On espère qu’il aura retrouvé sa voix le 7 décembre, après avoir annulé un premier concert la veille.
De leur côté les Initials Bouviers Bernois proposent une musique alternative. Tantôt des relans kitsch, tantôt des airs de rock des années 70 déguisé avec un accent faussement anglais et une flute à bec en transitions. Un concert qui s’annonce riche en bonne humeur. De son côté, la chanteuse Praa viendra avec sa musique minimaliste très douce. Elle met d’ailleurs sa sublime voix en valeur. En espérant qu’elle n’envoute pas tout le public.

Rencontres professionnelles 

Les Trans rassemblent en dehors des salles de concert : de nombreuses expositions furent organisées. Elles tournaient hier autour de la protection de la santé auditive, et de la cohabitation d’un festival avec les riverains. Ces rencontres se déroulaient donc à l’EHESP – École des Hautes Études en Santé Publique. Vendredi matin, une question qui résonne particulièrement pour nous sera posée en conférence : Pourquoi les gens écoutent ils encore la radio ? A vrai dire, on se pose la même question pour les journaux papiers. La perte de vitesse des supports traditionnels d’information est une thématique à laquelle nous tâcherons d’apporter un avis. 

Seul bémol de ces rencontres : il faut parfois choisir, car certaines sont sur le même créneau. Sinon, on les ferait toutes. Cette 40ème édition des Transmusicales 2018 s’annonce palpitante. C’est un des moments de l’année ou la ville de Rennes brille de mille feux sur la scène culturelle nationale, et même internationale. Et ce n’est pas pour nous déplaire.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *