Sauvons la planète

Mardi 28 août 2018. Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, annonce sa démission du gouvernement. Cette annonce sonne comme un réveil. Dès lors, on ne parle plus que de ça, de ce monde dans lequel on vit, qui ne va pas bien. Une sorte d’appel au secours que beaucoup d’entre nous relaient à l’heure actuelle.

Pourquoi réagit-on seulement maintenant ? 

Non, ce n’est pas vraiment la démission de monsieur Hulot à proprement parler qui nous fait réagir, mais plutôt les informations et constatations qui en ressortent suite à son départ. C’est bien cela qui nous inquiète.

Quelles sont-elles ?

Tout d’abord, nous pouvons bel et bien parler de réchauffement climatique, terme que l’on entend un peu trop souvent depuis plusieurs années. Ce dernier est dû à plusieurs facteurs différents.

Nous pouvons citer en premier les gaz à effets de serre, produits par l’activité humaine (utilisation de combustibles fossiles, exploitations des forêts tropicales, élevage du bétail, etc. ).

Nous pouvons également citer la déforestation. Les arbres nous aident à réguler le climat en absorbant le dioxyde de carbone.  La combustion du gaz, du pétrole et du charbon augmentent la production de dioxyde de carbone et de protoxyde d’azote dans l’atmosphère.

N’oublions pas non plus le nucléaire, qui est un agent des plus dangereux pour l’humanité. L’exposition à la radioactivité y est très importante et à ne pas négliger.

Tout cela est alarmant. La température de la planète aurait subi une augmentation de 0,85°c depuis la fin du 19ème siècle.

Les plus grands climatologues mondiaux pensent qu’une augmentation de 2°c par rapport à la température de la période pré-industrielle serait la limite. Au delà de cette limite, le risque d’assister à des changements climatiques catastrophiques est très élevé.

De ce fait, la communauté internationale a reconnu la nécessité de maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 2°c.

Il y a 56 millions d’années, un réchauffement climatique aurait déjà eu lieu. Celui-ci aurait impacté la terre avec une hausse des températures entre 5 et 8°c. À cette période, force est de constater que le paysage avait radicalement changé, ainsi que la température des océans, qui pouvait atteindre 36°c.

 

Que faut-il faire pour changer la donne ?

Nombreuses sont les solutions qui existent et dont on entend parler le plus souvent :

Éviter les trajets en voiture et favoriser les trajets en vélo, bus ou même penser à faire du covoiturage, l’installation de panneaux solaires ou éoliennes pour garder l’énergie, etc.

D’autres solutions commencent à émerger et essaient de voir le jour, comme par exemple « la capture du CO2 ». Il s’agirait de capter à la source le dioxyde de carbone et de le stocker dans le sous-sol. Telles sont les idées de ces centrales thermiques, raffineries, cimenteries etc., qui sont les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre.

On parle aussi de géothermie (la géothermie ou énergie géothermique est une énergie issue de la terre qui récupère la chaleur et la convertie en électricité).

Mais encore, nous pouvons parler de lutte contre la déforestation. Comme cité précédemment, les arbres absorbent le dioxyde de carbone. Les États-Unis et La Russie comptabilisent déjà les effets supposés des mesures de protection de leurs forêts.

Que font nos politiques ?

Eh bien, justement, il est essentiel de parler de l’accord de Paris qui a été signé le 12 décembre 2015. Cet accord fait suite aux négociations qui ont eu lieu lors de la COP21 de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Il est le premier accord sur le climat et réchauffement climatique.

195 pays et l’UE ont signé cet accord (notons que la Russie n’a pas signé cet accord, et que les États-Unis se sont retirés deux ans plus tard).

Outre nos dirigeants mondiaux, nous pouvons également citer plusieurs noms du showbiz qui sont engagés dans cette lutte contre le réchauffement climatique et la sauvegarde de la planète : Leonardo Dicaprio, Isabelle Adjani, Alain Delon, Marion Cotillard, Arnold Schwarzenegger, Robert Redford et bien d’autres encore.

Quel avenir peut-on supposer ?

En réalité, personne ne peut réellement prévoir l’avenir, mais ce que nous montre le monde aujourd’hui avec tous ses dérèglements climatiques (ouragans, typhons, séismes, etc.), ses changements d’atmosphère (hausse des températures, pollution, etc.) mais aussi et probablement la pénurie d’eau à venir, c’est que les choses risquent de ne pas aller en s’arrangeant.

Toutefois, une note positive sur le fait que les mentalités changent et que de plus en plus de personnes (citoyens du monde) prennent conscience de l’état d’alerte dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui. Ainsi, nombre d’efforts et de progrès planétaires sont déjà engagés par tous ceux et celles qui se sentent impliqué·e·s dans ce combat pour sauver l’humanité, sauver la planète.

Ci-dessous, une vidéo qui a fait le « buzz » sur internet, un formidable discours prononcé par l’astrophysicien Aurélien Barrau.

 

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *