On ne choisit pas ses voisin·e·s

La SNCF a annoncé hier qu’elle allait lancer une application qui permettrait de noter son voisin de siège; une pratique qui rappelle l’application BlaBlaCar ou encore un épisode de Black Mirror devenu célèbre. Le principe est simple : vous pourrez signaler votre voisin qui a passé le trajet entier (et 4 heures, c’était long) à écouter du Colonel Reyel avec des écouteurs à 4€ tout droit sortis de chez Gifi. 

Il n’y pas de petites incivilités 
La SNCF, tout en augmentant ses prix, souhaite assurer à sa clientèle un confort maximal. À terme, les wagons pourraient être organisés par note décroissante : les moins bien noté·e·s devraient systématiquement aller jusqu’au bout du quai. C’est le futur du train connecté pour la société ferroviaire, puisque vous pourrez être informé·e sur la disponibilité des toilettes, ou même commander à manger. 
À noter que les première, deuxième, et troisième classes (plus couramment appelée OuiGo) existeront toujours : les voyageurs seront désormais placés en fonction de leur classement, et une note minimale sera requise pour prendre un billet en première classe. 
Éviter le pire
La SNCF a d’autres arguments pour attirer les utilisateurs vers son application : « Qui n’a jamais craint de retrouver un ancien match Tinder dans un TGV Paris – Marseille ? » ironise Sophia Tailler, déléguée à la communication de la filiale, chargée de développer l’application. La compagnie souhaite donc éviter aux voyageurs peu frileux sur l‘utilisation de leurs données un trajet gênant de huit heures, au paroxysme de la gêne. Pour cela il faudra laisser l’application de la SNCF accéder à votre historique Tinder et à votre localisation, pour lui permettre d’empêcher vos anciens rencards de se retrouver assis à côté de vous.
Les progrès de la technologie semblent inarrêtables : tout pour notre confort.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *