CANNABIS : la réforme Macron, une bonne nouvelle pour les consommateurs ?

Que veut réellement Macron ?

Pendant longtemps, il a été difficile de savoir quelle était la position d’Emmanuel Macron concernant le cannabis. Dans son livre Révolution, il se disait favorable à la dépénalisation de la détention en petite quantité, en novembre 2016. Pendant la campagne présidentielle il s’est montré beaucoup moins laxiste, en déclarant lors d’une interview au Figaro qu’il ne croyait pas à la « dépénalisation des petites doses » ni aux peines symboliques, et en plaidant pour la tolérance zéro. Mais presque au même moment, son porte-parole Arnaud Leroy réajustait ses propos en disant que si, Macron proposait une « contraventionalisation », qui n’est pas opposé à ce qu’il avait annoncé dans cet interview, et qui restait fidèle au programme de son livre.

Le 24 mai, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a annoncé que des contraventions avec paiements immédiats seraient mises en places pour lutter contre le cannabis.

Assouplissement ou durcissement?

On ne se rapproche pas de la légalisation, où la consommation de cannabis serait autorisée. C’est bien une mesure de dépénalisation, c’est à dire que cela ne constitue plus un délit, mais elle reste sanctionnée d’une contravention.

En réalité, même si les personnes prises en flagrant délit de consommation ne sont pas emmenées devant un tribunal, il ne s’agit pas pour autant de minimiser la lutte contre la consommation de drogue. L’objectif est même inverse, car pour le président la possibilité d’appliquer des amendes immédiates serait plus dissuasif et efficace qu’une « réponse pénale plus tardive et théorique ». Les rappels à la loi constituent pour lui des actes symboliques, tandis que les amendes permettent de toucher à l’argent, soit directement à ce qui permet de consommer.

Il reste à voir les détails de cette loi bien évidemment, mais déjà, savoir que les forces de police et les usagers vont se retrouver dans un face à face sans médiation judiciaire ne laisse pas nécessairement présager un assouplissement. Il y a un réel risque de sur-sanction inégalitaire envers certaines catégories de personnes notament. De plus, à part les procédures de sanctions, rien ne change réellement. C’est à dire que ce sont toujours les réseaux occultes qui déterminent les prix et qui alimentent le marché.

Une question sanitaire ou d’ordre public ?

Ce qui a surpris, c’est que ce soit le ministère de l’Intérieur, et non celui de la Santé, qui prenne en main cette affaire.

En effet, la loi de 1970 qui avait admis la sanction pénale des usagers avait pour but de renforcer l’incitation aux soins. Le cannabis est alors considéré comme un problème de santé publique, qui comporte un coût social. Le but est d’apporter une réponse sanitaire car le cannabis est une plante psychotrope qui peut entraîner des problèmes de santé et des états de dépendance. Surtout que le taux de concentration de THC augmente d’années en années; par exemple, il était en moyenne de 17,9% dans les résines saisies en 2013 alors qu’il était de 6,5% en 2000, selon les chiffres de l’Institut National de la Police Scientifique. Une faible dose de THC est responsable de ce qui fait “planer” le fumeur : cela stimule la fabrication d’endorphine, l’hormone du bonheur, et donne envie de rire, de bavarder etc… Or, si cette dose est trop élevée, cela modifie la perception de l’espace et du temps, et accroît considérablement le risque de bad trip: hallucinations, crises d’angoisses etc. 

Or Macron n’a intégré (pour l’instant) aucune mesure complémentaire de prévention dans les écoles ou de prise en charge médicale pour les personnes prises en délit.

Dans ce cas, le cannabis est considéré comme un problème d’ordre public, car il est lié à des réseaux criminels. Mais alors, pourquoi ne pas simplement légaliser ?

 

Sources:

https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/que-vont-changer-les-contraventions-pour-usage-et-detention-de

http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/21/on-a-enfin-compris-ce-que-veut-emmanuel-macron-sur-le-cannabis_1549994

http://www.latribune.fr/economie/france/legalisation-du-cannabis-les-5-chiffres-cles-du-debat-605076.html

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *