Reconnaissance faciale des foules

Légalité aléatoire dans le monde du football

Je n’aurais jamais cru parler de la Champions League dans ce média. Surtout pas dans une rubrique technologie. Seulement voilà, les clichés et stéréotypes mènent les autorités judiciaires (et exécutives) à scanner le visage de.. 170.000 personnes qui viendront assister à la finale de la coupe aux grandes oreilles. Le but est ensuite de la comparer aux 500.000 personnes inscrites sur les listes de surveillance des autorités anglo-saxonnes.

Des caméras et des buts, Mr le Ministre !

Les supporters de foot sont traités de manière peu accueillante dans les médias, et ce, pour diverses raisons. On leur attribue – trop rapidement – des comportements responsables de violences, dégradations. Ainsi, et c’est un rapprochement que l’on pourrait faire avec la notion de «casseurs» : faire passer un certains nombre de clichés, afin de dépolitiser [1] n’importe quel mouvement. Par conséquent, lorsqu’on estime qu’un mouvement est plus nuisible que politique, l’assimentent de l’opinion publique pour restreindre ses libertés individuelles est plus facile à obtenir.

Dès Avril 2016,  Christian Estrosi avait indiqué avoir écrit au Premier Ministre afin de réclamer prestement une légalisation pure et simple du scan facial des supporters de foot (dans le but de les comparer aux fichés S). Dans le cadre de l’euro 2016, il réclamait que sa ville soit équipée de portiques permettant cette pratique.

« Aujourd’hui la loi ne permet pas de relier le fichier des personnes recherchées ou les personnes fichées S à ce logiciel de reconnaissance faciale, il faut une évolution législative. Mais le gouvernement peut aller vite et inscrire dès la semaine prochaine, s’il le veut, ce texte à l’ordre du jour du Parlement. »

Selections nationales des fichés S

Que l’on s’entende : dire que certains comportements dans le monde du foot sont inadmissibles, cela va de soi. On en retrouve chaque fin de semaine. Ce qu’il faudrait peut-être s’empresser de comdamner, c’est l’abrutisation rampante des supporters de foot que propagent les médias, et que nous nous empressons de partager parfois. Regardez plutôt. Malgré les moqueries quotidiennes que subissent les hommes politiques, ils demeurent pour l’instant intouchables juridiquement parlant (et ce n’est pas le sursis de Cahuzac qui me fera changer d’avis pour l’instant). La législation française s’est plus vite adaptée aux ultras qu’aux évadés fiscaux.

La ligue écossaise a créé un groupe de travail ayant pour but de « lutter contre les incivilités ». La France a entériné la loi visant à appliquer la reconnaissance faciale [2] sans prendre en compte dans ce texte les associations de supporters. Au Royaume-Uni qui accueillera donc la finale de la Ligue des Champions, les visages des 170.000 supporters seront comparés aux 500.000 personnes inscrites sur les listes de surveillance.

 

[1] Les supporters de football, cobayes du fichage et de la surveillance généralisée http://www.regards.fr/web/article/les-supporters-de-football-cobayes

[2] La loi entérine le fichage des supporters http://www.sofoot.com/la-loi-enterine-le-fichage-des-supporters-216812.html

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *