Métro, robot, dodo

/ Cet article a été écrit dans le cadre du Festival Expresso organisé par l’Association Jets d’encre où chaque rédaction participante doit produire un journal de A à Z en 15h00 chrono [et nuit blanche comprise], sur 10 sujets imposés. Voici l’un d’entre eux, qui avait pour thème : Automatisation du travail : métro, robot, dodo. / 

 

Vraiment, les robots, ça simplifie la vie : métro… robots… dodo… Avant, on devait produire, maintenant ce qu’on produit le fait à notre place. Métro… robots… dodo… Enfin, pour ceux qui les ont, les robots. On dirait que c’est acquis. Les bras qui fabriquent le carton sont désormais mécaniques. Tout a changé. Métro… robots… dodo… L’ordre reste le même, et ceux qui possèdent les moyens les gardent. Métro… robots… dodo… Encore faut-il les produire ces foutus robots et ceux qui le produisent… C’est nous.

Si, bien sûr que si, tout a changé, on s’est distanciés de notre production, on s’est détachés de la réalité. On ne fait plus partie de la réalité de la population, du RESTE de la population. En termes de reconnaissance sociale, c’est vrai, on a été remplacés. Merci, patron. Ce sont les robots, qui produisent, nous on passe notre vie à construire des machines qui réduisent le travail que l’on doit fournir par la suite, soyons reconnaissants.

Bien sûr, s’il n’étaient pas là, on se plaindrait, crierait au scandale, à l’esclavage. Étrangement quand c’était le cas on ne l’a jamais fait. Ne nous leurrons pas, l’esclavage est juste masqué, repoussé un peu plus loin des gens ordinaires pour qu’il l’oublient.

C’est sûr, c’est sûr, maintenant on ne produit plus, on sous-produit, dégradés un échelon plus bas, métro… robots… dodo… Patrons…robots… Nous… Encore une façon de nous effacer de la vie de ces gens, les gens lambda.

Bien sûr, les robots ont tout changé : ils nous ont remplacés dans l’existence sociale, dans la conscience générale. Dans les faits, on produit toujours autant. Après diviser, découvrez maintenant « éloigner », « effacer » pour mieux régner. « Les classes n’existent plus, les ouvriers ont été remplacés par le robots ». Pas totalement faux. Seulement, en réalité, métro… boulot… dodo… N’oubliez jamais, le jour où l’être humain sera déchu du travail, il sera déchu de son existence même. Tant que vous existez, peut être pas vous, mais il y en a qui, eux, travaillent…

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *